Un film d'étude

Icon-Velo-templier4 Durée : 28 minutes environ
Genre : Chevalier-Cycliste
Format : HDV 16/9   
 

Synopsis

 

Dans le royaume de France, par un jour d’été autour du Loir, Anquetil d’Orange, maillot blanc, bécane blanche, roule à vive allure sur la route qui le mènera en Terre Sainte. Il croise un vieux chevalier près d’un oratoire, en qui il reconnaît Jacques de Brezée, le connétable de France en personne. Abandonné de Dieu, celui-ci lui conte ses aventures à Najaf, à Karbala, sa déroute dans le triangle Sunnite…

Perceval, bastard de Bas-Luberon, maillot Sang et Or, est à la recherche de son peloton en route pour Bagdad. Il erre, drague les damoiselles, crève au bord des routes. Isobel J de longo, maillot rouge, en quête du Graal, ne se laisse impressionner ni par Perceval, ni par les mercenaires du bord de Loir qui ravagent les terres intérieures.

 

MATIERE DU LOIR est un film d'étude en vue de réaliser un long-métrage qui propose un univers de chevaliers-cyclistes décalé. Il nous fallait étudier leurs costumes, leurs armes et leur langue. 

 

NOUS L’AVONS FAIT A TRAVERS CE COURT-METRAGE DE 28’, TOURNE EN VIDEO DANS LA REGION CENTRE. FICTION, FABLE DE CHEVALIERS-CYCLISTES, L’UNIVERS DU FILM MELANGE LES EPOQUES ET LES GENRES : MOYEN-AGE ET GUERRE DU GOLFE, CHANSON DE GESTE ET WESTERN, EXPLOIT SPORTIF ET QUETE DU GRAAL.

 

Photo-plateau-semaine-du-16-au-22-Aout-2010 5104 

Ce film a été entièrement financé par la soucription Matière du Loir lancée en Mai 2010. Tourné en Août. Monté d’Octobre 2010 à Février 2011.

Img Frise2

 

Nous suivons l’itinéraire erratique de trois Chevaliers-Cyclistes :

  • ANQUETIL D’ORANGE est un moine guerrier à l’esprit vif et aux avis tranchés 
  • ISOBEL J DE LONGO est une femme, et avant tout un chevalier en quête du Graal 
  • PERCEVAL BASTARD DU BAS-LUBERON est un soldat perdu à la recherche de son peloton
  • LE CONNETABLE est un vieux chevalier au bout du rouleau
  • LA DONZELLE est une jeune fille qui n'a pas froid aux yeux
  • LE PELOTON (10) est Azur & or
  • LES PAYSANNES (2) sont effrayées
  • LES MERCENAIRES (7) sont effrayants
  • UNE VOITURE BALAIS AVEC SON CONDUCTEUR

 

Il y a une aspiration, un idéal chez les chevaliers, qui ne résiste pas à la réalité du monde, nous l’avons mis en parallèle avec le cyclisme.

 

 

Img Frise2

Armes, équipements, héraldique ; les chevaliers équipés, harnachés de pied en cap fendant la bise vers les plus hautes conquêtes, sont bien assis le cul sur une selle. Ridicule de ces héros une fois rendus à la condition de piétons, jetés à bas de leur destrier ou tombés de vélo, dans leur démarche de canard, engoncés dans le maillot publicitaire comme jadis dans le lourd haubert, avec le cuissard un peu trop moulant sur les parties génitales, leur équipement de pointe devenu inutile. Leur élocution laborieuse dans la langue des terriens…

 

central florida golden knights cycling bike jersey


Image

Nous filmerons en vidéo, HDV et Dvcam, dans un format 16/9 propre à rendre les paysages. Nous travaillerons en lumières naturelles et en son direct. Le principal avantage de la vidéo étant sa légèreté et son économie.

Les deux principaux axes de mise en scènes seront : un cadre frontal avec un découpage précis sur pied, et des images tournées sur moto caméra pour restituer l’impression de Tour de France, pour accompagner nos chevaliers sur leurs montures. 

 

Costumes 

Les cyclistes de compétition auront des maillots et des cuissards améliorés, des treillis militaires et des couleurs, des armes automatiques. Les cyclistes dans leur habit de lumière et leurs chaussures avec cales automatiques ont déjà la démarche pataude et incertaine des chevaliers des temps anciens.

 

Son direct

De même que les  acteurs auront des gestes clairs et parfois hiératiques, la parole sera brute, simple et dépouillée, même si les dialogues sont élaborés ou lyriques. Nous pensons au Perceval d’Eric Rohmer. Nous voulons restituer un langage parlé, une rythmique propre, nous entendons cette parole avec des accents, des intonations, des paroles envolées, non saisies.

La gageure réside dans le fait de pouvoir élaborer une langue fluide, juste, propre au film. Il s’y mélangera des tournures archaïques, des régionalismes contemporains, de l’argot de banlieue ou des métiers, des « fuck » made in Hong-kong. A la manière de Céline Minard dans son livre Bastard Battle  qui fait se côtoyer chevaliers, cow-boys et samouraïs.

 

Musique

Les premières visions du film se sont accompagnées des Tour de France Soundtracks, album éléctro de Kraftwerk, inspiré par les notions d'effort physique, de respiration, de dépassement, de rapidité, de santé, d'endurance et d'harmonie homme/machine.

Nous souhaiterions créer en collaboration avec un compositeur, des musiques qui seraient à même de restituer le mélange, le mixage étrange qui réside dans le propos même du film : des ballades chevaleresques, instrumentales ou chantées dans diverses langues, qui pourraient selon les moments se teinter d’accents électroniques (le battement des bips per minute étant perçu comme celui du coeur).


B Facundus 117v


Img Peloton cielbas

 

Un enfant joue avec son épée de bois dans un champ au bord de la route. Il entend une clameur, lève la tête et voit passer un peloton de chevaliers-cyclistes, aux couleurs Azur & or. Ils roulent à toute vitesse et leurs fusils d’assaut brillent au soleil. Ils disparaissent à l’horizon.

 

En sens inverse, arrive un chevalier, c’est Anquetil d’Orange. Solitaire, il a belle allure, il mouline hardiment. Mais bientôt il s’arrête, revient sur ses pas : au pied d’un calvaire est un vieux chevalier effondré, la tête dans les mains. Sans arme, son maillot déchiré, chaussé de simples baskets de piéton, avec sur les genoux un vieux cadre de bicyclette rouillée, il sanglote amèrement. Anquetil se penche sur le vieux qui relève la tête : Damned, c’est le Connétable de France, Jacques de Conforama.


Perceval, lui, est à la recherche de son équipe Azur & or, il rase-campagne, paumé, avec son VTT. Sur une borne kilométrique, Isobel J. de Longo est assise, qui se désaltère. Perceval passe très noblement devant elle, mais il crève deux kilomètres plus loin. A l’endroit où il répare sa bécane, il y a une petite vierge en plâtre, dans une niche, sous un panneau publicitaire. Et dans le champ à côté une jeune fille l'observe en mordant une pêche.

 

Isobel roule cheveux au vent, passe devant le calvaire. Anquetil et le vieux connétable, penchés l’un vers l’autre, semblent se parler avec douceur. Elle ne s’arrête pas. A l’horizon, derrière le pont du TGV, le peloton Azur & or fait comme une flèche incandescente. On entend un coup de feu. Quand elle passe sur un pont, elle aperçoit en contrebas des mercenaires qui harcèlent des paysans. Elle porte la main à son Glock 17. Un autre coup de feu. Mais ce ne sont pas les mercenaires qui tirent.


 

beatus-2


Chanson de geste, cyclisme et chevalerie

Cyclisme-et-chevalier-copie-1

Ce parallèle s’est imposé de fait en images : ces cavaliers équipés, harnachés de pied en cap fendant la bise vers les plus hautes conquêtes, sont bien assis le cul sur une selle. Il y a le ridicule de ces héros une fois rendus à la condition de piétons, jetés à bas de leur destrier ou tombés de vélo, dans leur démarche de canard, engoncés dans le maillot publicitaire comme jadis dans le lourd haubert, avec le cuissard un peu trop moulant sur les parties génitales, leur équipement de pointe devenu inutile, incapables de ne pas déraper sur les cales au teflon de leurs souliers aérodynamiques. Leur élocution laborieuse dans la langue des terriens...

Il y a une héraldique du cycliste, les couleurs sous lesquelles il court, le blason d’une marque ayant remplacé celui des Dames du temps jadis. En un clin d’œil, l’initié reconnaît l’écurie d’un coureur, son classement.

Il y a les armes et l’équipement : le maillot et le cuissard comme haubert et écu. Les chaussures à clenche fixées aux pédales automatiques, +20% de rendement au pédalage pour le meilleur et pour le pire : en cas de chute, le coureur qui n’a pas pu décrocher à temps restera inexorablement fixé au vélo, entraîné par lui dans le ravin, comme la fine fleur de la seigneurie française au fossé de Courtrai le 11 juillet 1302. Comme Fabio Casartelli, quinzième étape du Tour 95, tombé dans un virage de la descente du Portet d’Aspet et décédé quelques heures plus tard. Archaïsme du seigneur de la route, si noble sur son destrier, parfaite et formidable machine de guerre rendue inepte une fois désarçonnée.

Le prix d’un cheval de bataille pouvait atteindre au moyen-âge des centaines de pièces d’or, comme de nos jours la bécane « Look » tout carbone de 6,8kg qui est, tel le harnachement au XIVème siècle, l’aboutissement du savoir-faire technique d’une époque. Il y a les fabricants de cadres, les équipementiers, les mécanos : palefreniers, écuyers modernes. Dérailleurs, manivelles, fourche, cintre et guidon, roues, jantes, boyaux… Un vélo est « monté » comme on équipait un destrier. Pour prolonger ce parallèle, il y a les notions de sacrifice et de solidarité contrainte.

 

 

Protéger le leader

 

En cyclisme comme en chevalerie, il y a des écuyers, des servants, petit peuple de laborieux autorisé à porter les couleurs de l’équipe. C’est l’infanterie des guerres médiévales. Loin d’être mauvais, leur travail est de porter leur leader, en l’abritant du vent tout en maintenant l’allure, afin qu’il puisse économiser les réserves d’énergies pour emporter la victoire d’étape ou grignoter de précieux points au classement général. Un leader usera trois, quatre équipiers dans la journée : ils auront donné leurs dernières forces, sur 250 kilomètres, cinq heures durant, pour emmener leur champion au final de l’Alpe d’Huez, et ne verront jamais les marches du podium.

On retrouve dans le cyclisme ces notions de prouesse et de loyauté qui furent celles de la chevalerie. Et aujourd’hui, malgré les scandales, le dopage, cette déshumanisation totale qui réduit un coureur à une équation de globules blancs, d’acide lactique et de VO2Max, le public est encore là, les camping-cars encore stationnés au bord des routes, car perdure le désir de surhumanité, le besoin d’épopée. Penser que les étapes des premiers Tours de France pouvaient faire 600 kilomètres, de nuit comme de jour, qu’on s’y ravitaillait à la choucroute et à la gnôle, qu’on réveillait le maréchal-ferrant d’un hameau des Pyrénées pour ressouder un cadre ; penser à Jacques Anquetil, brisant par défi une flûte à champagne avec les dents, avalant les tessons avant de repartir. Les époques, les noms se confondent : Moser, Bayard, Merkx, Poulidor, Gaston de Foix, Godefroy de Bouillon, Charly Mottet, Eddy Seigneur… Importance du sang, celui qui jaillit de dessous les heaumes à Marignan, qui scelle les alliances entre les grandes Maisons, celui du coureur qui s’autotransfuse son plasma « propre » afin de déjouer le contrôle. 

 

 

Le Tour de France, filmer des paysages 

 

Une des raisons du succès du Tour de France est peut-être la diversité des paysages offerts.

Le cinéma français contemporain, à quelques exceptions (Grandrieux, Dumont, Guiraudie), offre rarement la possibilité d’une rêverie à partir de ces paysages, utilise rarement la charge imaginaire et l’enchantement qu’ils contiennent.

Pourtant les histoires sont partout dans nos plaines, nos montagnes, nos collines et leurs lacs, les bocages et les forêts, les sous-bois ou les bords de mer… Habités par des fées, d’antiques dieux, des monstres ou des saints, peuplés de chevaliers errants, de princesses évaporées et d’aventuriers cherchant fortune, entre ruines gréco-latines, abbayes du moyen-âge, usines et fabriques dans les zones.

Tout morceau de nature vu et nommé paysage n’est pas seulement objet de nature, c’est aussi une construction culturelle, une invention imaginée, une imagination. L’engouement télévisuel pour le Tour de France ce n’est pas simplement l’exploit sportif, la formidable aventure humaine chère aux commentateurs, c’est aussi voir des paysages en mouvement, aller aux sources du western par exemple. Il s’agit tout simplement de prendre le temps de découvrir au cours d’une montée un paysage montagneux, lignes verticales ou du moins obliques, au détour d’un col ; la diversité des routes, sinuosités, lignes droites aux points de fuite lointains dans des étendues illimitées. Apprécier le passage de ces paysages qui défilent à la vitesse de la respiration des coureurs, dans leur sueur. Il s’agit de prendre du temps dans ces paysages.

 

Dans une logique géographique imaginaire, les régions sont mélangées et réagencées au fil du récit. Ainsi défilent le Luberon, les Causses de l’Aveyron, les berges du Loir. Paysages de campagne, petites églises dans la verdure, monts aux forces telluriques, zones industrielles, raffineries et magasins super-discount. Nous descendons dans la Crau comme espace intermédiaire, plaine des folles chevauchées triomphales, Fos-sur-Mer et ses zones industrielles entre goudron et pétrole (c’est pour cela que l’on va en Irak), les lotissements pavillonnaires en région PACA comme nouveau découpage féodal. Nous arrivons en Camargue : soleil, marais, animaux sauvages au bord du monde ; et des hommes qui s’embourbent avec leur bicyclette dans leur confusion.

 

Dans MATIERE DU LOIR, nous nous situons à l'orée de la catastrophe. C'est encore la doulce France.


 

Img Baconbacon hd


Nous avons prévu de tourner dans la région de Vendôme dans le département du Loir et Cher.

Durée du film : 30 minutes environ

Nombre de jours de tournage : 6 jours  

Période du tournage : 2ème quinzaine d’Août 

Format : HDV et Dvcam, 16/9

Durée du montage et travail sonore : 3 mois

Repérages : 7 au 15 juillet

Déplacements, indication des décors

Des repérages ont été effectués en Août 2009, d’autres sont prévus en juillet 2010. Nous tournerons en lumière et décors naturels.

 

AIDE EN NATURE : TOURNAGE ENTRE LE 14 ET LE 25 AOUT DANS LA REGION DE VENDÔME (LOIR ET CHER)

 

Nous aurions aussi besoin d'aide en nature pendant les jours de tournage, des prêts ou des dons. 

 

1. des accessoires 

* des répliques de cinéma ou airsoft, répliques réelles de FAMAS principalement et pistolets GLOCK (17, 37… x2)

* des camelbacks
* une voiture-balais avec quelques vélos (1 demie journée)


2. des costumes

* des maillots
* des protections des coudes et des genoux

* des casques de vélo


3. du bénévolat entre le 14 et 25 août donc

* des coups de mains de toutes sortes
 * 1 peloton de cyclistes dans leur tenue de course (aide d'un club autour de Vendôme) pour jouer le peloton (2 demies journées)
* 7 joueurs d'airsoft avec leurs répliques (disparité des armes et des costumes de guerre si possible, un maillot de chevalier cycliste, pour certains, cuissards pour d'autres) pour jouer des mercenaires (2 demies journées)

* Un ou une maquilleur(se)

 

 

Rep1030513

 


Souscription Matière du Loir

templier vélo MATIERE DU LOIR1 est un film d'étude en vue de réaliser un long-métrage. Nous lançons une souscription pour couvrir les frais de tournage prévu ce mois d’Août 2010. Nous cherchons à réunir 3000€


Matière du Loir est un court-métrage de 16’ environ, tourné en vidéo dans la région Centre. Fiction, fable de chevaliers-cyclistes, l’univers du film mélange les époques et les genres : Moyen-âge et Guerre du Golfe, chanson de geste et Western, exploit sportif et quête du Graal.

 

L’histoire en quelques lignes

 

Tandis que la guerre gronde en Irak, trois preux chevaliers-cyclistes se croisent sur les routes du pays vendômois : Anquetil d’Orange, moine-guerrier, rencontre un vieux chevalier qui lui apprend la miséricorde. Perceval, bastard du bas-Luberon, cherche son peloton en route pour la Terre Sainte et Isobel J. de Longo, en quête du Graal, secourt la veuve et l’orpheline aux mains de  féroces mercenaires.

A la croisée des chemins leurs idéaux sont remis en question, les temps sont incertains.

 

 

Souscription de soutien : à partir de 10, 20, 50 euros

 

> libeller les chèques à l’ordre de SHOCK CORRIDOR. Merci de noter vos coordonnées postales et électroniques. > pour chaque souscription, nous vous ferons parvenir par voie postale un DVD du film

 

Chèque à l’ordre de SHOCK CORRIDOR
Envoyer à : association SHOCK CORRIDOR

25 Impasse des Mûriers 13080 LUYNES

 

 

Amicalement et merci de votre soutien

Jean-Clair Bonnel & Denis Clarac

 

Pleurs de la séparation___________________________________________________

1.  La Matière de Bretagne est le nom donné à l'ensemble des textes écrits au Moyen Âge autour des légendes de l’île de grande Bretagne et de la petite Bretagne actuelle, notamment celles du cycle arthurien.

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus